Le New York Hot Jazz Festival célèbre la musique de la Nouvelle-Orléans et de Paris

La sixième édition du New York Hot Jazz Festival, qui s'est tenue le 30 septembre, a célébré le tricentenaire de la Nouvelle-Orléans et le 100e anniversaire de l'arrivée du jazz en France, par l'intermédiaire du lieutenant James Reese Europe et de son groupe Harlem Hellfighters. L'événement d'une journée, qui se tient au McKittrick Hotel depuis 2016 (le fondateur du festival, Michael Katsobashvili, a présenté la cérémonie inaugurale au Mehanata Bulgarian Bar en 2013, suivie de deux ans au Players Club, un manoir de style néo-gothique Gramercy Park), a duré environ 12 heures.

Les piliers du festival, Vince Giordano et The Nighthawks, se sont disputés deux sets dans la boîte de nuit intimiste Heath, chargée d'art déco, au deuxième étage du McKittrick. Giordano, joueur de tuba et bassiste qui a reçu le premier prix Hot Jazz Festival pour l'ensemble des réalisations, lors d'une présentation entre les sets, a guidé sa troupe lors du premier set grâce à des arrangements étrangement précis de pièces d'époque swinging de Fletcher Henderson, Duke Ellington et Bennie Moten. Le groupe a interprété «Castle House Rag» de Moten avec le danseur de claquettes invité DeWitt Fleming Jr. canalisant son propre rôle Bill «Bojangles» Robinson avec quelques pas rapides dans les pauses serrées de cette pièce. Le second ensemble, intitulé «De Harlem à Montmartre: un voyage dans l’âge du jazz», était consacré à l’Europe et à son groupe,

Les Hot Sardines, dirigées par la charismatique chanteuse française Elizabeth Bougerol et mettant en vedette le danseur de claquettes résident AC Lincoln, ont couvert «Your Feets Too Big» de Fats Waller avant que Bougerol ne mette sa langue maternelle en valeur. Le virtuose français du saxophone soprano Olivier Franc, l'un des interprètes les plus en vue de Sidney Bechet, soufflait avec une puissance brute et une touche du vibrato signature de Bechet aux côtés de son fils, le pianiste Jean Baptiste Franc, qui a démontré une main gauche méchante sur une scène solo. The Heath a également assisté aux débuts à New York de «This Joint Is Jumpin '», une revue de Fats Waller qui jouait dans le West End de Londres l'année dernière, mettant en vedette les chanteurs Michael Mwenso et The Shakes, ainsi que la danseuse de claquettes Michela Marino Lerman.

Sur le plateau Gallow Green situé sur le toit, Tatiana Eva-Marie et son groupe de jazz Avalon ont exploré la relation entre Paris et la Nouvelle-Orléans dans un ensemble bilingue comprenant des chansons comme «Le cheik d’Araby» et «La Nouvelle-Orléans» de Hoagy Carmichael (toutes deux en français). paroles du chanteur) et «Si Tu Vois Ma Mère» de Bechet, soutenue par le virtuose de la clarinette Evan Christopher, Eva-Marie a été rejointe par la chanteuse Sasha Masakowski, née à la Nouvelle-Orléans, dans une version ludique de «Les Oignons» de Bechet et N'awlins, son propre chef aromatisé «trop mauvais»

Le tromboniste de la Nouvelle-Orléans, Charlie Halloran, un joueur soul avec une sonorité chaleureuse et chantante et une qualité de blues naturelle, a dirigé un hommage au compositeur prolifique de l’âge de jazz, Spencer Williams. L’équipage de Halloran a adopté une tonalité douce avec «Farewell To Storyville». Il a également repris la voix principale sur le décontracté «Float Me Down the River», tandis que la chanteuse invitée Queen Esther chantait deux numéros à double sens de Williams, «Je ne donnerai à personne rien de mon rouleau de gelée» et «votre rouleau de gelée est bon».

Il était difficile de battre l'as de l'accordéon Julien Labro et le guitariste Olli Soikkeli, co-animateurs d'un quatuor moderniste avec le bassiste Eduardo Belo et le batteur Rajiv Jayaweera. Labro et Soikkeli ont brillé avec l'union de Mahavishnu-esque sur «Made In France», puis se sont mis à lire avec douceur la «Danse norvégienne» de Django Reinhardt avant de rendre hommage au quintet classique Art Van Damme avec une version flamboyante du «Cute» de Neal Hefti. . ”Ils ont conclu avec une version époustouflante de“ Chutzpah ”de Labro, son hommage à Massada de John Zorn.

La fête a duré jusqu'aux petites heures du matin, avec des clients inondant la piste de danse et frappant du bout des doigts des sons contagieux et balancés de l’âge du jazz. "Ce que nous avons eu cette année est en quelque sorte une version adulte de la première édition du festival, qui dégageait une atmosphère underground" décalée ", a déclaré la chanteuse Eva-Marie, une fidèle du festival depuis sa première édition. . «Il a grandi sans vieillir et a gardé la même énergie et la même essence de jeunesse qu'au début. Et le McKittrick est le lieu idéal pour présenter un jazz florissant qui a toujours été joué pour célébrer la jeunesse, la rébellion, la romance et l’insouciance. Quel meilleur moment que maintenant pour exprimer ces sentiments?