New-York, capitale mondiale du jazz

À la fois l’eldorado pour les nouveaux talents et un cimetière de plusieurs rêves, New York et pour le reste du monde l’un des centres névralgiques du jazz. Chaque année, de nombreux musiciens s’y lancent pour être reconnus à travers la planète. Mais la cité est-elle vraiment la capitale du jazz ?

Les débuts

New York se présente comme le symbole musical de l’Amérique et notamment du jazz. Depuis l’apparition de ce dernier dans les années 1920, il apporta la joie et la fierté de la population new-yorkaise. Les arrivées massives des Africains et des Américains, attirés par la prospérité économique, contribuent à l’évolution de la culture musicale. Beaucoup de musiciens comme Louis Armstrong ont décidé de quitter leur groupe et tenter leur chance à New York. Ils sont là pour écouter, apprendre et jouer de la vraie musique jazz. Le célèbre genre était le ragtime à New York.

Les bateaux fluviaux se remplissent de monde qui vient danser et s’amuser au rythme du jazz et du blues.

Le jazz à New-York de nos jours

« La ville qui ne dort jamais » a toujours revendiqué le droit de se vanter d’être la capitale du jazz à l’internationale. Ces dernières années, le jazz à New York a fait un bond en avant. L’essor des labels indépendants (Pi, Aum Fidelity), les nouveaux festivals, les séries destinées aux jeunes auditeurs (Winter Jazzfest, l’une des meilleures choses à faire en hiver à New York) et la vitalité continue des vieux standbys (ouvert en 1935, le Village Vanguard organise encore régulièrement la plupart des meilleurs concerts à New York) ont contribué à restaurer la classe et à faire de cette musique une partie véritablement branchée de la vie nocturne new-yorkaise.

Lorsqu’on parcourt les clubs de Harlem, on remarque facilement qu’ils sont bondés de touristes. Dans les environs du Times Square, les bus emmènent les visiteurs découvrir la ville et ses influences musicales.

En somme

New York est devenu la capitale du jazz grâce à l’initiative des immigrants, installés dès le début du XXe siècle. Ce style musical est fortement lié à l’histoire des quartiers noirs du « Big Apple ». On retrouve donc dans chaque recoin un club lié au jazz. En général, lorsqu’on visite New York il est impossible d’éviter l’influence du jazz. Le jazz et le blues dominent à New York. Vous pouvez voir une représentation tous les soirs dans des salles de toutes dimensions. Un concert en direct lors d’un passage à New York en vaut vraiment la peine.

Le swing, le jazz des années 1930
Le jazz Nouvelle-Orléans, un sous-genre du jazz